N'oubliez pas de vivre - Thibault de Saint Pol (2004)

Publié le par hendiadyn

thibaut-de-saint-pol-noubliez-pas-de-vivre.jpg« Je vous écris en cours de chute. » (René Char) … ou l’autobiographie romancée d’un khâgneux scientifique.


Dans ce premier ouvrage, Thibault Saint Pol raconte ses deux ans passés en classe préparatoire, un cosmos privé, fait de termes barbares, d’initiés, de débutants qui ignorent le pire : l’internat, les classements à chaque copie rendue, l’échéance du concours, toujours plus proche. C’est dans un style haché, fait de prises ou de pertes de conscience, que naissent peu à peu les réalités de l’hypokhâgne et de la khâgne, leurs répétitions incessantes comme leur chronologie aliénantes. Si le point fort de cet ouvrage est incontestablement, la vérité des émotions qu’il transcrit, il faudrait néanmoins lui reprocher le mode d’énonciation ambigu, presque gênant pour la lecture ; un « vous » qui n’inclut vraiment ni le lecteur, ni son auteur. Juste une distance et un recul vis-à-vis de l’expérience de la prépa, ce qui enlève quelque peu de son authenticité. Dommage également que l’autobiographie glisse à ce point vers le roman à la fin, même si la vérité des faits n’est pas mise en doute. Il s’agit certainement de signifier qu’au bout de vingt quatre mois, le travail acharné passe au second plan, laissant s’affirmer les passions, les extases, et l’horreur de l’absence. Un ouvrage à consulter pour les initiés, qui se sentiront moins seuls dans leur folie, et pour les autres, pour tenter d’approcher ou de saisir, même rien qu’un peu, le trouble qui anime et fait avancer là-haut. 

Commenter cet article