Les veuves blanches - SORTIE OFFICIELLE

Publié le par hendiadyn

 

 

JOUR IMPORTANT : LE 24 OCTOBRE SIGNE LA SORTIE DES VEUVES BLANCHES :)

 

 

les-veuves-blanches-celia-m-grzegorska.jpgAprès avoir pris quelques temps pour finaliser ce manuscrit (je reprendrai les critiques très bientôt, promis !) et grâce à l'opportunité offerte par la Journée du Manuscrit et les Editions du Net, vous pouvez vous procurer ledit livre en cliquant ICI.

 

(vous pourrez par la suite le commander sur Amazon, Fnac et Chapitre, mais c'est mieux de le commander sur les Editions du Net si vous soutenez les petits éditeurs :))

 

Résumé : Quatre voix s'élèvent au milieu du silence du domaine. Quatre voix hantées par les différents affres du corps et du cœur, livrent à partir du lieu clos de leur chambre les déferlements de leurs pensées, qu'il s'agisse du cauchemar, de l'amour agonisant, de la mort en sommeil ou de la volonté de se plonger dans les ténèbres de l'oubli. Les veuves blanches se moquent et dirigent les espoirs ainsi que les illusions de celles qui s'éveillent dans l'interstice de l'aube, là où la mémoire est incomplète, là où les sensations fourmillent, entre l'indicible et le trop furieusement intime.

 

Pour ceux qui m'ont demandé plus d'explications, voilà celle que j'ai donné et qui dévoile un peu plus sur le contenu du livre : il y a quatre personnages, quatre voix féminines qui s'avèrent être reliées par des liens de sang (deux filles, leur mère, et une petite fille). Il y a donc quatre visions de la vie, une fois la nuit venue. Le livre décrit plusieurs situations : la grand-mère est sur le point de mourir, et donc chaque plongée dans le sommeil peut-être synonyme de sa dernière nuit, l'une des soeurs combat une rupture qu'elle ne veut pas accepter et représente plutôt un caractère très mélancolique, l'autre soeur est mariée et mère de la petite fille qui parle. La deuxième soeur semble heureuse en ménage mais est tourmentée par la peur constante de la perte de son mari et par ses anciens amants. Quant à la petite fille, elle propose un point de vue plus charmant, plus enfantin de la vie au domaine qui va être bouleversé par la mort de la grand-mère. Chacune réagit différemment à la perte, à l'enterrement, et au reste ... A vous de voir la suite.

 

Merci à La Cause littéraire, à François Bon et au site Nerval.fr, et à l'adorable lettre de Bertrand Visage des éditions du Seuil pour m'avoir encouragée à continuer dans cette écriture particulière, qui j'espère vous plaira ... en attendant le prochain !

 

Voilà, passez donc par ici, si cela vous intéresse :)

 


Publié dans Tâches d'encre

Commenter cet article