Charly 9 - Jean Teulé (2011)

Publié le par hendiadyn

9782260018247"(...) Vous allez y arriver, Pierre. Vous saurez rimer La Franciade avec des vers aussi beaux que celui que vous avez écrit sur Paris. Comment c'est déjà ? Ah oui : La ville au dos fendu d'une rivière.

- C'est un alexandrin, Majesté ! rappelle le poète bucolique.

- Ah bon ? (...) La Franciade sera rédigée en décasyllabes.

- Rooooh ! ... Bon, on a le titre mais sur quel thème, Majesté, vais-je devoir braire en dix pieds comme un âne ?

- Vous raconterez la vie de Francus, fils supposé d'Hector, dont on dit qu'il serait à l'origine du peuple français.

Ronsard, yeux au plafond et joues gonflées, soupire sur l'air de : "Oh, putain, en plus, le sujet ! ..."

- Pierre, j'attends là-dessus dix mille vers que vous me ferez lire au fur et à mesure de leur rédaction.

(p. 155 de l'édition Pocket)

 

Charly 9 n’est autre que l’ancien roi de France Charles IX, monté très jeune sur le trône, sous la protection de sa mère, Catherine de Médicis, et provoquant du même geste la haine de son frère, Monsieur, le Duc d’Anjou. Désigné responsable de la Saint Barthélémy  par l’Histoire (pour ceux dont la mémoire serait courte, le plus grand massacre de protestants de l’Histoire, non seulement à Paris mais dans les autres villes dans lesquelles les cloches avaient également annoncé la permission de tuer) Jean Teulé s’inspire des faits de cour et son penchant pour la parodie en imaginant l’avant et l’après Saint Barthélémy de Charly.

 

Avec une telle transformation onomastique et un désastre imminent, l’ouvrage perd rapidement toute ambition grave ou nostalgique. La Saint Barthélémy, illustrée uniquement de deux pages blanches, reste dans l’Histoire telle qu’elle a été : sanglante, horrible, foudroyante. Teulé reprend ensuite en main les rênes de l’histoire de Charles IX pour suivre nonchalamment les deux ans de la fin de sa vie, ainsi que sa manière de sombrer dans la folie, pris de remords après le massacre.

 

Sur le mode quasiment constant du burlesque, l’on assiste à une caricature très finement réalisée des personnages historiques tels qu’Ambroise Paré (chirurgien protestant du Roi) le maréchal de Tavannes, mais aussi et surtout Pierre de Ronsard, qui occupe une grande part de l’aventure royale. Il me semble qu’il faudrait être historien, ou particulièrement cultivé, pour saisir la finesse de toutes les références aux différentes anecdotes historiques, ouï-dire, rumeurs de la cour de France ; il en est de même pour Ronsard, représenté non comme le célèbre poète de la Pléiade mais plutôt comme un vieillard sourd et pervers, entraînant chaque servante du château dans un buisson pour observer les roses.

 

Il s’agit avant tout d’un livre qui promeut une certaine vulgarisation comique de l’histoire de France dans ses moments les plus sombres. Un bien noble projet servi par des anecdotes toutes aussi  croustillantes qu’authentiques (on apprend notamment l’origine du 1er avril, du muguet du 1er mai ou de certains poèmes de Ronsard à double sens scabreux) Le fait est que l’ouvrage a également cet avantage de n’être jamais prétentieux : il peut parfois glisser dans la longueur ou parfois dans l’humour bas (notamment sur les aventures érotiques du monarque) mais dans l’ensemble, le ton reste léger et très habile, cousu de jeux de mots et de références cachées.

 

Certains n’ont pas apprécié le mélange d’ancien français et du français moderne, mais il me faut préciser que l’utilisation de l’ancien français est tellement rare qu’il est tout à fait compréhensible, et ajoute une touche décalée à bien des discours, sans les perturber pour autant. Les aventures du monarque sont nombreuses et le style dynamique, servi par de courts chapitres, renforcent cette efficacité d’une écriture ingénieuse.

 

Charly 9, malgré les sujets graves qu’il aborde sous une tonalité burlesque menée tambour battant - comme la folie, la solitude amoureuse ou les complots politiques - est un livre à la fois drôle et instructif, qui se dévore en quelques heures, mais pousse les curieux à passer des jours à vérifier les actes hyperboliques présents dans le livre (chasse au cerf dans les murs du Louvre, empoisonnement au muguet …) et à découvrir plus encore la personnalité étrange de Charles IX, un roi détesté ou oublié. Charly 9 est une belle réussite, dans laquelle il ne faut pas chercher les fastes de la littérature, mais plutôt sa capacité à plaire tout en instruisant. Et on ne le regrette pas.

Commenter cet article

Maman 22/10/2012 19:17

très bel article sur la cause littéraire ( le voyage d'hiver ) , cela donne envie de le lire mais tu n'as pas d'autre photo de toi ? Qu'en pensez vous Simon ?
sinon , chaque article que tu écris sur ton blog fait le même effet . C'est un plaisir de les lire .